L'envers du «FITNESS» avec Valérie Benoit


[ ] Peux tu me décrire qu’est ce que le culturisme?


En fait, le culturisme ou « bodybuilding » est un sport ou une discipline qui consiste principalement à développer sa masse musculaire dans un but purement esthétique, parfois accompagné de la participation à certains événements ou compétitions ou tu es jugé sur la scène et compétitionnes contre d’autres culturistes. Dans mon cas, je pratiquais le culturisme dans la catégorie bikini, qui est le niveau le plus bas de musculature. Ma préparation se composait principalement d'un entraînement de musculation, de cardio, et bien-sûr d’un contrôle strict de mon l’alimentation.


[ ] Qu’est ce qui t’as motivé à vouloir rentrer dans ce processus?

J’ai toujours été une personne très « extrême », mais surtout très persévérante. Quand je commence quelque chose qui me passionne, j’y vais à fond! Lorsque j’ai commencé à m’entraîner au gym et à m’intéresser à la nutrition et aux méthodes d’entraînement, les compétitions de fitness commençaient à être popularisées sur les réseaux sociaux. Tout de suite j’ai accroché et j’ai voulu me lancer et prouver à moi-même et aux autres que je pouvais accomplir un tel défi.


[ ] Quelle était ta vraie motivation?


Le contrôle absolu de mon corps et de ma routine quotidienne. Ayant des antécédents de troubles alimentaires, le mode de vie de « bodybuilder » était très alléchant. Non seulement il me permettait de contrôler TOUT de A à Z, mais je pouvais aussi rapetisser et sculpter mon corps à un niveau extrême sans que personne ne puisse rien dire. « Ça fait partie de la préparation et c’est temporaire! » C’est ce que je disais à tout le monde qui me questionnait sur ma maigreur et mon visage creusé. Une autre raison subconsciente était le besoin absolue de me sentir valoriser. Je croyais que changer mon corps et adopter un mode de vie « fitness » était la solution pour finalement gagner la valorisation des autres et me faire aimer et accepter.


[ ] Dans quel état d’esprit étais tu à ce moment la? Quelle était tes pensées reliés à ton corps, la nourriture, l’entrainement, etc?


J’étais constamment dans un état de confusion, frustration et culpabilité envers moi-même. C’était comme si, malgré les résultats, ce n’était jamais assez. Pas assez musclée, pas assez découpée, etc. Je ne prenais jamais le temps de me féliciter pour tous les efforts que je déployais et d’apprécier le processus. Mes pensées liées à la nourriture était très malsaines et « black & white ». J’avais peur de certains aliments, j’étais obsédée par les macros et les calories. Je croyais que certains aliments étaient bons, d’autres mauvais et je n’osais même plus penser à les manger. Mon entraînement était plutôt forcé, car je n’ai jamais vraiment aimé l’entraînement de musculation en salle. Je semblais apprécier mes workouts seulement lorsque mon corps changeait et que je voyais une nouvelle ligne, une nouvelle veine, ou que mes abdominaux étaient plus apparents.


[ ] Qu’est ce qui t’as fait changer de mindset?


Ma dernière compétition. Même pendant ma préparation, je me remettais en question. Je savais que je n’étais pas du tout heureuse. J’étais stressée, anxieuse, j’avais de gros problèmes digestifs et je ne me sentais pas du tout accomplie et épanouie. J’ai commencé à naviguer tranquillement dans le monde du yoga, de la méditation et de la pleine conscience. J’ai compris que j’avais la réponse depuis le tout début à l’intérieur de moi. La réponse était moi-même.


[ ] Comment as tu procédé?


En comprenant que je détenais la réponse en moi et que la réponse était moi, j’ai commencé à travailler très fort sur la personne que j’étais. J’ai fait du travail d’introspection très profond. Je me suis relancée dans le yoga, j’ai intégré la méditation à mon quotidien, j’ai lu plusieurs livres de type « self help ». J’ai aussi beaucoup écris car c’est une grande passion pour moi. Tranquillement je me suis retrouvée dans mon essence.

J’ai également changé mon alimentation de type « bodybuilding » très haute en protéine animale pour une alimentation presque 100% végétalienne, tout en arrêtant l’entraînement en musculation 5-6x par semaine afin de régulariser mes hormones qui en avaient pris un coup.


[ ] Quels impacts as tu pu constater que ce processus a eu sur ton corps? (À l’époque et maintenant)


À l’époque, mon physique était certe, « désirable » puisque je compétitionnais dans la catégorie bikini fitness, mais je ne me suis jamais sentie aussi mal dans mon corps que pendant cette période de ma vie. C’est comme si je n’étais jamais assez parfaite. Pourtant, en regardant d’anciennes photos, je réalise à quel point je « délirais » un peu!

Mais physiquement, je me sentais atroce: faible, fatiguée. J’avais toujours très froid et mes hormones étaient complètement déréglées (perte de mon cycle menstruel)

Maintenant, je dois peser un bon 10-15 lbs de plus que ce que je pesais lorsque je montais sur scène. Mes hormones se régulent tranquillement, et je me sens énergique, forte et surtout bien dans ma peau.



[ ] En ressens-tu encore les conséquences?


Je dois avouer que oui. Côté hormones féminines, on ne réalise pas à quel point on peut causer des dommages à son corps en s’embarquant là-dedans. Bien que je sois en meilleure santé, mes hormones continuent encore à se réguler. J’ai parfois 2-3 mois ou mes règles sont absentes. Puis elles reviennent pour 2 mois. C’est un processus à long-terme et j’ai confiance que tout est en train de se rétablir.


[ ] Quels changements remarques tu entre tes pensées maintenant et celles que tu avais à l’époque?


À l’époque, j’étais une « chronic overthinker » et c’était un poison dans ma vie. Je suis maintenant consciente de mes pensées. Peu importe ce qu’elles sont, je les accepte. Je n’ai pas que des pensées positives, je suis humaine! Mais je ne suppresse plus mes pensées négatives ou malsaines. Je les observe et j’essaie de les comprendre. Puis, lorsqu’elles ne me servent plus, je les laisse aller.


[ ] Pourrais-tu affirmé que tu avais plus confiance en toi auparavant que maintenant?


Pas du tout! J’ai 100x plus confiance en moi maintenant. Le culturisme était un masque qui me permettait de faire croire aux autres que j’avais une profonde confiance en moi. En fait, c’était tout le contraire.


[ ] Quelles sont tes pensées reliées à ton corps, ta nourriture, l’entrainement, etc. En ce moment?


Mes pensées liées à mon corps ont beaucoup plus de compassion et d’amour. J’essaie de vivre dans l’acceptation radicale de ce qui est et de qui je suis chaque jour. Cela inclue mon enveloppe corporelle. Il y a des bons et des moins bons jours, bien entendu. Je suis une femme qui vit au 21e siècle, je dois donc faire attention à ce que je consomme et j’encourage comme standards de beauté de la société.


Mes pensées liées à la nourriture sont les plus saines qu’elles ont été depuis des années! Je pratique l’alimentation intuitive et je ne me prive de rien. Bien-sûr, j’adore manger sainement car c’est ce qui me fait sentir bien! Mais je suis très à l’écoute des signaux de mon corps, donc je n’ai plus peur de me gâter sur une base régulière.

Mes pensées liées à l’entrainement sont bien différentes d’avant. Je ne me force plus à m’entrainer. Je pratique les activités physiques que j’aime réellement sur une base hebdomadaire, comme le yoga, le crossfit, la randonnée, la marche en nature, etc. Je ne m’oblige plus à m’entrainer un certains nombres de fois par semaine. Encore une fois, je reste très à l’écoute de mon corps et des pensées qui surgissent quant à la façon dont je bouge mon corps. Mon mantra est: bouger en pleine conscience pour connecter avec mon vaisseau.


[ ] Referais-tu le processus?


Absolument pas! Mais je ne regrette pas du tout l’avoir fait car c’est la raison principale pour laquelle je suis la personne que je suis aujourd’hui. Sans ce processus, je ne ferais probablement pas ce que je fais en ce moment et je ne vivrais pas la vie que je mène chaque jour. Je crois fermement en la croyance « rien n’arrive pour rien » - cette étape de ma vie fut nécessaire à mon cheminement et j’en suis reconnaissante chaque jour.


Merci Val pour tes belles réponses!


Signé A.